Rapport Annuel 2018

Habitant

Publié le 07/04/2020

Attention aux plus fragiles

En cette période de crise, les entreprises Habitat en Région maintiennent le lien avec tous leurs locataires, et particulièrement les plus fragiles.

Le confinement met à rude épreuve les habitants les plus fragiles, en particulier les personnes seules ou âgées. Toutes les entreprises d’Habitat en Région sont mobilisées, chacune à sa manière, pour veiller à leur situation dans la durée. Voici quelques belles initiatives qu’elles ont déployées en direction de leurs locataires.

Dans un courrier adressé à tous les préfets le 23 mars dernier, Julien Denormandie encourage les bailleurs sociaux à identifier les locataires « en situation de fragilité et d’isolement afin d’anticiper les risques d’un confinement prolongé ». On le sait, les effets psychologiques du confinement auxquels s’ajoutent les préoccupations du quotidien telles que faire les courses, poursuivre des démarches administratives ou de santé et, pour beaucoup de parents, accompagner les enfants dans leur scolarité à la maison, représentent autant de risques pour tous et d’abord pour les plus fragiles d’entre nous.

Dès l’annonce du confinement par le président de la République les bailleurs sociaux d’Habitat en Région ont immédiatement lancé leur plan de continuité d’activité, dans le souci de la sécurité des collaborateurs comme des habitants. Très vite, la question des locataires fragiles s’est imposée et nombreuses sont les entreprises qui ont pris l’initiative d’agir pour veiller à leur situation, chacune à sa manière. Ce que l’on nomme des « appels de courtoisie » devient, dans ces circonstances extraordinaires, un véritable réseau de solidarité pour les plus vulnérables confrontés à cette situation inédite.

Maintenir le lien

Ainsi, le 17 mars, l’ESH aixoise Famille & Provence missionne ses gardiens d’immeuble et ses conseillères économiques, sociales et familiales (CESF) pour repérer les locataires isolés âgés ou fragiles. Le contact est établi par téléphone pour prendre régulièrement des nouvelles, s’assurer qu’ils conservent un lien avec l’extérieur, leur famille, leurs amis. Toutes les mesures prises par les communes, notamment les centres communaux d’action sociale (CCAS), sont de plus communiquées aux collaborateurs en lien avec les locataires. Si une situation de détresse est identifiée à l’occasion d’un appel les partenaires sont mobilisés pour une prise en charge rapide.

De même, SDH Constructeur à Valence, la SA Hlm du Cotentin à Cherbourg ou encore Un toit pour tous à Nîmes, qui confie cette mission à 23 salariés, appellent systématiquement les locataires de plus de 65 ans. Les collaborateurs d'Altéal, de l’Immobilière du Moulin Vert et de la Société Immobilière du Grand Hainaut prennent également contact directement avec les personnes de plus de 70 ans, pour veiller à leur situation ou signaler une difficulté à la commune qui mobilisera les services sociaux adéquates.

La SA HLM de l’Oise dédie 5 collaborateurs au maintien du lien avec les personnes âgées et vient en appui au Secours populaire pour le portage des repas. L’équipe cohésion sociale de l’ESH Erilia planifie des contacts réguliers avec ses résidents de plus 75 ans dans toute la France.

Du côté de Marseille, un appel aux volontaires a été lancé le 31 mars chez Logirem après de tous les collaborateurs en télétravail pour venir en renfort des équipes de proximité jusque-là chargées de veiller aux personnes fragiles. Quarante collaborateurs ont répondu à cette opération de solidarité qui se fait avec méthode : une trame d’entretien est établie ainsi qu’un système de cotation qui permet d’évaluer précisément la situation de la personne, de la famille, dans le but d’adapter la fréquence des appels ou de déclencher les actions concrètes en collaboration avec la commune.

Dons de masques

Autre belle initiative à signaler, celle de la SEM marseillaise Sogima. Les salariés ont fait don de 1 500 masques de protection du Covid-19 aux hôtesses de caisse du supermarché voisin et à la police nationale, et le plus gros stock dont elle disposait a été offert au personnel soignant de quatre Ehpad. Les personnels de proximité ont quant à eux fait le choix de donner une partie de leur quota de masques à leurs médecins de quartier. Idem dans les Hauts de France, où la Société Immobilière du Grand Hainaut a fait don de 400 masques à l’hôpital du Quesnoy.

Filiales
Membres
Votre navigateur n'est pas à jour !

Votre navigateur ne permet pas l'affichage du site, veuillez le mettre à jour. Mettre à jour maintenant

×