Stratégie

Publié le 20/12/2017

Le Hab comme Habitant et Habiter

Cartographie du Hab croisant le taux de rotation du bailleur avec la croissance démographique par région

Fruit d’un travail collaboratif entre Habitat en Région et ses filiales, Sia Habitat, Logirem et Erilia, un développement majeur du Hab est livré en décembre 2017 avec des fonctionnalités métier enrichies. Retour sur un outil innovant.

Le Hab Késako ?

Les bailleurs sociaux ont l’obligation de transmettre aux services de l’Etat un Plan Stratégique de Patrimoine (PSP), véritable état des lieux de leur patrimoine et de leur stratégie. Jusqu’alors, tout naturellement, cette obligation était vécue comme… une obligation.

« C’est en 2014 que Habitat en Région a amorcé sa réflexion sur ce logiciel pensé pour accompagner les bailleurs dans l’établissement de leur PSP et a demandé, au fil de la construction du projet, à trois de ses filiales Logirem, Sia Habitat et Erilia d’être ses contributeurs métier dans la conception de cet outil. Son ambition ? Intégrer, classer, croiser et pondérer les données nécessaires à l’établissement du PSP. Ces données, une fois extraites du Hab, sont utilisées pour prendre des décisions d’arbitrage patrimonial. Elles sont ensuite réintégrées dans l’outil sous forme d’actions. Cela permet aux bailleurs de passer d’un contexte d’obligation réglementaire à une utilisation facilitée et donc plus courante de leurs données patrimoniales. C’est sur ces bases qu’est né le Hab » explique Laure Domalain, responsable du contrôle de gestion et chef du projet. Avant d’ajouter : « Mais ce n’est là que la première de ses fonctions… ».

Un puissant outil de communication

Conçu pour livrer des éléments d’arbitrage patrimonial, le Hab a aussi une fonction avérée de communication, notamment auprès des élus et collectivités territoriales. « Sa cartographie détaillée en quatre dimensions – patrimoine, finance, habitants, territoires – témoigne de la présence des bailleurs au cœur de leurs territoires » détaille Micheline Suchod, directrice du pôle Grands projets transversaux. « De même, la disponibilité et le croisement de multiples données, loyers, surfaces, composition des ménages, à l’échelle d’une résidence, d’un quartier, d’une ville… sont autant d’avantages clés dans l’analyse de l’implantation patrimoniale ».

Pensé pour l’utilisateur

Si les services rendus par le Hab sont complexes, la bonne nouvelle c’est que son utilisation ne l’est pas. « Nous avons d’emblée opté pour une interface intuitive, naturellement tournée vers l’utilisateur, qui permet de visualiser et d’analyser facilement les données à travers les cartes et les graphiques » poursuit Micheline Suchod « et c’est à ma connaissance le seul outil de ce type qui offre cette caractéristique ». Des fonctionnalités qui rendent le Hab accessible à de nombreux métiers du bailleur, comme les responsables d’agence, les gestionnaires de patrimoine, les responsables de gestion locative et les services du développement, et leur offre une vision plus globale de leur patrimoine.

Et après ?

Le nouveau module livré en décembre apporte des développements sur les axes PSP et communication. Il permettra, entre autres, de réaliser des simulations de classement et de regroupement de résidences préalables à l’arbitrage patrimonial, ou encore d’éditer des fiches résidences et territoires traduisant et synthétisant les données des cartes et des graphiques à des fins de communication.

Par la suite, il est prévu en toute logique de développer dans le Hab, la fonction de suivi des actions du PSP décidées lors de l’arbitrage patrimonial.

Un choix appelé à faire des heureux… de plus en plus nombreux. Initialement développé chez les trois bailleurs contributeurs, le Hab a été déployé cette année à l’Immobilière du Moulin Vert. Il est en cours de déploiement chez Un Toit pour tous pour une livraison en avril/mai 2018. Les projets  se poursuivront ensuite au cours de l’année 2018 dans les autres filiales… Un atout indéniable pour les entreprises d’Habitat en Région.

Chaque résidence se voit attribuer une note en fonction de critères définis  (attractivité, performance énergétique, technique, etc.). Ces éléments permettent par la suite de segmenter le patrimoine et facilitent l'analyse en vue de l'arbitrage patrimoniale.

Sur cet exemple, la segmentation permet de regrouper les résidences du bailleur en fonction de l'attractivité et des qualités techniques de la résidence. Sur chaque segment est également précisé le pourcentage de résidence ayant des performances énergétiques bonnes, moyennes ou faibles.
Filiales
Membres
Votre navigateur n'est pas à jour !

Votre navigateur ne permet pas l'affichage du site, veuillez le mettre à jour. Mettre à jour maintenant

×