Aménagement

Logirem : PNRQAD –> CQFD

Perspective du projet Square Colonel Jeanpierre, quartier de la gare à Nice, 32 logements locatifs, une crèche et un bureau d’accueil et de gestion, 75 stationnements, labellisation PassivHauss

Logirem est l’opérateur choisi par la Métropole et la Ville de Nice pour reconquérir le centre ancien et « reconstruire la ville sur la ville ».

PNRQAD quèsaco ?

Le Programme National de Requalification des Quartiers Anciens Dégradés (PNRQAD) a pour objectif central, comme son nom l’indique une fois déployé (!), de « réparer » les centres anciens, en réhabilitant le parc privé vétuste, dégradé ou indigne, en redynamisant les commerces, en proposant des aménagements et des équipements de proximité. Surtout, à travers l’amélioration et la diversification de l’offre des logements, il contribue au maintien de la mixité sociale des quartiers.

18 opérations différentes

La caractéristique majeure de ce type de projet, à l’échelle de tout un quartier, c’est bien souvent un travail de dentellière, une action d’une très grande minutie. « Le PNRQAD de Nice, situé autour de la gare, et à moins d’1 km de la Promenade des Anglais, ne fait pas exception à la règle. En un point, c’est tout un immeuble, à l’origine de très belle facture, que nous réhabilitons, en un autre nous installons une crèche, dans un troisième nous acquerrons du logement diffus  pour pouvoir peser sur la copropriété, dans un quatrième nous développons une offre neuve ultra performante sur le plan thermique… De démolitions en nouvelles constructions, de réhabilitations en nouvelles vocations, en tout pas moins de 18 opérations sont prises en charge par nos soins dans ce quartier qui couvre à peine 3 kilomètres carrés, moins de 70 hectares mais où vivent près de 18 000 habitants » nous explique  Géraldine Dumas, responsable de l’agence Alpes-Maritimes Var et responsable du développement.

Un travail de longue haleine

Requalifier, c’est revaloriser au sens propre : donner une nouvelle valeur. « Nous luttons par exemple contre les marchands de sommeil qui pullulent près de la gare. Ce qui n’est pas si facile : le business est très lucratif et ils connaissent bien souvent toutes les ficelles légales pour freiner notre action… » explique Éric Meineri, responsable de programmes pour la Direction de la Maîtrise d’ouvrage de Nice. « Mais, au bout du compte, bien soutenus par nos partenaires à la Métropole et à l’Hôtel de Ville, nous progressons dans notre feuille de route. Nous avons débuté voici trois ans et le quartier a déjà pris une nouvelle physionomie… ».

Changer le quartier, pas les habitants

D’ici quelques mois, le quartier va en effet s’enorgueillir de quelques pépites, comme le futur premier bâtiment « Passivhaus » des Alpes-Maritimes. « Il trouve surtout de nouvelles vocations, comme en témoignent plusieurs programmes mixtes incluant des commerces et des services ». Les habitants, naturellement, sont très satisfaits. Ils voient d’autant plus facilement les progrès du quartier que la plupart s’y sont installés il y a bien longtemps. « Le relogement des habitants, si possible sur place, est naturellement l’une de nos grandes priorités » concluent Géraldine Dumas et Eric Meineri.

« A Nice, c’est un véritable travail de dentellière que nous réalisons : 18 opérations dans un quartier d’à peine 3 km2. »

Géraldine Dumas, responsable de l’agence Alpes Maritimes Var et responsable du développement.

Ne ratez rien

RESTONS CONNECTÉS :